Notre histoire :

                             Les ribaudes se fardent pour attirer le chaland


La vie est difficile en cette fin de XVe siècle et certaines fillettes sont contraintes de vendre leurs charmes. Mais il n'y a pas de prostibulum publicum en la cité de Pérouges. Elles pratiquent alors la ribauderie dans les ruelles coupe-gorges et le danger est permanent. Comme les notables de la cité ne sont que des modestes gens, aucune d'entre elles ne peut prétendre à devenir courtisane. Certaines proposent de quérir des lieux plus fréquentés où les hommes sont plus argentés.


La Guilde se rend à Lyon à l'occasion des grandes foires. C'est l'occasion pour les fillettes de remplir leur bourse et de lier connaissance avec d'autres marginaux et ribaudes esseulées à la recherche de protection.  En effet, au cours de ces déplacements, les filles de la Guilde n'ont pas manqué de recruter plusieurs écorcheurs désoeuvrés. Ces mercenaires, toujours mûs pas l'appât du gain assurent donc désormais la protection des fillettes.

                                                                 Les écorcheurs s`entraînent au combat


La Guilde Pérougienne est un prostibulum publicum ambulant qui, par décret des autorités de la ville, s'installe pour un temps afin de satisfaire les jeunes hommes meus par la nature. Les fillettes respectent alors les interdits propres à leur estat de femmes déshonnêtes.


 




 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement